Minimalisme

Désencombrer son Dressing rapidement en 4 étapes simples

Dressing désencombré

Comment profiter des avantages d’une garde-robe minimaliste en 4 étapes ? 

Acheter des vêtements, les porter deux fois, les oublier. Telle est notre routine de nos jours. Entasser les vêtements, surcharger les placards. « Chéri, la maison est vraiment trop petite ! ». Et enfin, vouloir faire le tri dans sa garde-robe, vouloir désencombrer son dressing. 

Mais là, nous faisons tous face à un problème majeur, le « au cas où ». 

On se dit que, peut-être, on remettra tel ou tel vêtement un jour. Que ce serait dommage de s’en débarrasser. Ils nous ont tout de même coûté un bras ! Donc, on fait comme si de rien était, et on laisse la garde-robe encombrée, avec des vêtements tristes, seuls, qui pourraient être portés par d’autres. 

Stop ! 

Aujourd’hui, plus d’excuses. On va apprendre à désencombrer son dressing en 4 étapes. Tu verras, c’est plus simple et plus rapide que tu ne pourrais l’imaginer. 

Réserve alors un créneau d’une à deux heures suivant la taille de ta montagne et on se lance. 

Pour que ce soit plus efficace, je t’invite à lire l’article une première fois entièrement pour ensuite le relire en suivant les étapes.

 

1) Pour désencombrer son dressing, commençons par sortir tous nos vêtements

“Nous ne sommes plus dans une culture de consommation. Nous sommes dans une culture de l’achat, nous achetons mais ne consommons même plus ce que nous avons acquis.”

Si tu veux désencombrer efficacement ta garde-robe, il est nécessaire, primordial, obligatoire que tu sortes tous tes vêtements et que tu les réunissent tous au même endroit.

Si tu as des vêtements dans ta chambre, ta cuisine, ton grenier ou même tes toilettes, regroupent les tous dans une même pièce. Par exemple, si ton sol est propre, tu peux les mettre par terre. Une table ou un lit fera également l’affaire. 

Je te vois arriver.

Ne triche pas !

Aucune excuse du style « mais j’ai déjà désencombré cette pièce » ou la classique « je le ferais plus tard par là-bas » ne sera accepté. C’est pour ton bien que tu désencombres ton dressing. Pour rappel, désencombrer sa garde-robe c’est également désencombrer sa vie. Et les avantages liés au désencombrement sont nombreux. Découvre 10 avantages au fait de devenir minimaliste.

Si tu as peur que ça fasse une trop grosse pile, tu peux séparer tes vêtements en plusieurs catégories. Mettre les t-shirts d’un côté, les pantalons de l’autre. Les chaussettes derrière et les pulls devant. À ce niveau-là, tu t’organises comme tu le souhaites 🙂 

Une fois que tous tes vêtements se trouvent au même endroit, tu peux passer à l’étape deux.

 

2) Comment déterminer les vêtements que tu gardes et ceux dont tu te sépares ? 

« L’homme devrait mettre autant d’ardeur à simplifier sa vie qu’il en met à la compliquer ». Henri Bergson 

Voici la partie la plus intéressante. C’est également à partir de celle-ci que la plupart des personnes commencent à avoir des difficultés.

Comment faire pour savoir avec certitude ceux que j’ai envie de jeter et ceux que j’ai envie de garder ?

J’ai une bonne nouvelle.

Tu ne peux pas savoir avec certitude. 

Ca enlève un poids de savoir ça, non ? 

En effet, désencombrer son dressing c’est compliqué pour tout le monde, et tu n’es pas le seul à rencontrer des problèmes. 

Mais alors du coup, comment faire ?

La méthode va être simple, mais longue. Celle-ci ne vient pas de moi, mais du livre de Marie Kondo La magie du rangement. Tu vas alors faire une action très simple. Prendre chaque vêtement dans ta main, et te demander si tu ressens de la joie en le touchant. 

Méthode perchée ? Probablement.

Méthode efficace ? Certainement. 

Tu verras que pour certains vêtements, ton niveau de bonheur va être proche des 0. Et pour certains, ce sera le coup de foudre. L’amour inconditionnel.

Néanmoins, si tu as le coeur de Thanos et que tu ne ressens aucune émotion,, il se pourrait que cette méthode ne fonctionne pas pour toi. Dans ce cas précis, tu peux utiliser une technique plus cartésienne : se poser des questions.

  • Ai-je envie de porter le vêtement là maintenant ? Si non, pourquoi ?
  • Depuis combien de temps je ne l’ai pas porté ?
  • Si je vais à la boutique, et que je le vois, l’achèterais-je ? 
  • Est-ce que je suis beau à l’intérieur ?
  • Me met-il en valeur ?
  • Que disent les gens lorsque je le porte ?
  • Si demain je devais partir en précipitation, aurais-je envie de prendre ce vêtement précis avec moi ?
  • Les couleurs et la forme de ce vêtement retransmettent-ils mes nouveaux schémas de pensées et mon nouveau mode de vie ?
  • Quand et pourquoi ai-je acheté ce vêtement ?
  • Suis-je fier de le porter en public, ou est-ce que j’ai plutôt tendance à le cacher ?
  • Ce vêtement me fait-il sentir puissant et fort ?
  • Est-ce que je le garde par culpabilité ?
  • Est-ce que je le garde parce qu’il m’a coûté cher ?
  • Et est-ce que je garde pour une raison autre que par plaisir ?

Naturellement, tu ne vas pas avoir besoin de te poser toutes ces questions pour chaque vêtement. Si tu veux aller plus vite, tu peux te concentrer sur les trois dernières.

Un autre conseil : procède manuellement, en faisant réfléchissant vêtement par vêtement

Tu pourrais être tenté d’en voir un parmi ta montagne, et de te dire « lui c’est sur je le garde ».

Erreur monumentale.

Même si tu es « sur », réponds tout de même aux questions et demandes-toi si tu ressens de la joie en le touchant. 

Maintenant, au fur et à mesure que tu procèdes à cet exercice, tu vas vouloir séparer tes vêtements en 2 tas différents : 

  1. Je garde
  2. Je jette

 

Le tas 1 : « je garde »

Dans ce tas, tu vas garder uniquement, et je dis bien uniquement, les vêtements que tu es sur de vouloir garder avec toi. 

Dans cette catégorie tu trouveras les vêtements qui te correspondent, que tu adores porter et ceux qui sont indispensables pour toi. Les vêtements qui, dès que tu les as touché, t’ont provoqué un sourire ou une joie intense. 

Après, tu peux également mettre dedans les vêtements de travail, les costumes, les vestes et chemises que tu dois obligatoirement garder. 

Tous les autres vêtements qui ne correspondent pas à ces critères (joie, plaisir, obligation) n’ont rien à faire dans le tas « je garde ». 

Ils vont peut-être se retrouver alors dans le tas « je jette ».

 

Le tas 2 : « je jette »

Pour désencombrer son dressing, il est nécessaire de se séparer de vêtements. Et j’espère que tu en auras un nombre conséquent dans ce tas précis ! 

Les vêtements qui, dès demain, ne feront plus partie de ta vie seront dans ce tas. Ce sont ceux dont tu ne veux plus garder, qui ne te correspondent pas. 

Tu n’en veux plus, et c’est normal. 

Les vêtements également que tu gardes par culpabilité doivent se trouver là. Comment faire pour se séparer de ceux-là ?

Plusieurs solutions s’offrent à toi. 

  1. Tu décides, en une fraction de seconde, de les jeter dans le tas et de prendre la décision de ne plus revenir en arrière. Solution dangereuse, tu pourrais avoir des remords.
  2. Si tu es dans le cas d’un cadeau, tu peux demander à la personne si elle est d’accord que tu donnes son vêtement à une personne qui en aura plus besoin que toi. Ou bien, tu peux réfléchir au sens premier d’un cadeau (qu’est de faire plaisir), et te demander si, en le gardant par culpabilité, il remplit bien son rôle.
  3. Le mettre dans le tas « J’hésite encore ». 

On va voir ce tas juste après, mais avant ça faisons un petit résumé.

Premièrement, tu as étalé tous tes vêtements par terre. Ensuite tu prends chaque vêtement dans ta main, tu te poses une série de questions, et à partir de là tu te demandes s’il va plutôt dans le tas « je garde » ou le tas « je jette » On est bon ?

Et maintenant, comment faire pour les articles qui ne vont ni dans l’un, ni dans l’autre ? Pour tous ces vêtements qui te font douter, tu vas vouloir tous les mettre dans un troisième tas « J’hésite encore ». 

Vêtement

 

3) Pour désencombrer son dressing efficacement, réduisons le tas « J’hésite encore »

« Se dépouiller du superflu, c’est devenir positif et être riche de la vie ». Jean Castaldi

Désencombrer son dressing n’est pas chose facile, surtout si tu es matérialiste. Tu te rends alors peut-être compte que la plupart de tes vêtements se trouvent dans le tas « j’hésite encore ». Pas de panique, on va le diminuer. 

On identifie trois causes majeures au fait d’avoir des vêtements dans cette pile. 

  1. La peur de manquer
  2. La peur de regretter
  3. La culpabilité de jeter

Prenons chaque point un par un.

 

La peur de manquer, un ennemi pour désencombrer son dressing parfaitement

La peur de manquer est une des peurs majeures qui peuvent détruire ton élan de minimaliste. 

Pour déterminer si tu dois jeter ou garder les vêtements dans ce cas, commence à prendre de la distance avec toi-même. 

Combien de vêtements sont présents dans le tas « je garde » ? 

Prenons l’exemple d’un t-shirt. Tu as décidé d’en garder 10. Et tu en as encore 5 dans le tas « j’hésite encore ». Même si tu transpires comme un bœuf, normalement tu n’en manqueras que rarement, tu peux alors les passer dans la catégorie « je jette ». 

Et si tu as uniquement quelques t-shirts, 3-4, la question est légitime, et nous verrons par la suite que faire des derniers vêtements qui se trouvent dans ce tas.

 

La peur de regretter par la suite

Probablement la plus forte de toutes, la peur de regretter peut nuire à ta garde-robe minimaliste. Dans ce cas précis, lis et écoute des interviews de minimalistes. 

Ils sont tous unanimes, aucuns (ou presque) n’a regretté d’avoir jeté un objet. Le sentiment de bonheur, de joie, de plaisir est si intense après s’être débarrassé du superflu que celui de peur s’envole instantanément pour ne jamais revenir.

Et si tu as vraiment du mal, tu peux utiliser ce que Jeff Bezos appelle « la structure de minimisation du regret ». 

Comment faire si tu te rends compte, qu’après t’être débarrassé de l’objet, tu regrettes ? 

Quels sont les risques les plus élevés ? Comment peux-tu pallier ce problème ? Pourras-tu récupérer l’objet en question ou en acheter un autre identique ? 

À toi de voir. 

Personnellement, je ne peux que te conseiller de te séparer des objets que tu gardes par peur. Si tu les gardes pour ne pas ressentir ce sentiment, c’est qu’à la base tu ne les aimes pas tant que ça. Tu peux alors t’en séparer.

Je suis sur à 99% que tu ne le regretteras pas. Et si c’est le cas, tu pourras toujours racheter un vêtement identique.

On pourrait y voir alors un acte de gaspillage, jeter pour racheter. Mais ce geste va t’en apprendre beaucoup sur toi et ne ce sera que bénéfique. 

Mais n’ai crainte, dans 99.9% des cas, tu n’iras pas le récupérer ni le racheter.

Tu peux également le donner ou le prêter à quelqu’un que tu connais. De cette manière tu pourras le récupérer assez facilement. Tu auras alors minimisé le regret. 

Et enfin tu peux voir les avantages de te séparer de l’objet. Le savoir entre les mains d’une personne qui en a plus besoin que toi peut te permettre de le donner plus facilement. 

 

Atténuer la culpabilité de jeter pour désencombrer son dressing

Comme mentionné ci-dessus, la culpabilité est très puissante. 

Elle peut venir de trois endroits différents :

  • Il s’agit d’un cadeau,
  • Tu as vendu ton enfant pour avoir le vêtement,
  • Il vient d’une personne proche décédée. 

Si tu gardes le vêtement parce que tu l’as payé cher, tu peux t’en débarrasser. Que tu le gardes ou non, tu ne vas pas récupérer ton argent. Mais dans un cas tu vas te sentir léger et dans l’autre il va encombrer ta garde-robe.

S’il s’agit d’un cadeau tu peux, comme expliqué ci-dessus, appliquer deux astuces.

  1. demander à la personne qui t’a offert le vêtement si tu peux le donner à quelqu’un d’autre. Dans la plupart des cas, la personne ne va même pas se souvenir qu’elle t’a offert celui-ci, et te dira oui sans problème. Tu vas alors éliminer toute culpabilité
  2. te demander si le cadeau remplit sa fonction initiale. Il est censé te faire plaisir, et la personne te l’a offert probablement pour cette raison. Ainsi, toi comme elle serait plus heureuse si tu le donnes à une autre personne. Et cela s’applique même s’il s’agit d’un pull en laine tricoté avec amour par ta grand-mère. Si tu ne le portes plus, autant le donner. Et si tu hésites, rappel-toi que tu as soit le choix entre 
    1. le garder par culpabilité et le mettre au fond du placard. Énorme respect pour le travail de mémé.
    2. le donner et en faire profiter quelqu’un d’autre. Il s’agit d’un bon moyen d’honorer l’amour de ta grand-mère que de le donner à une personne qui le veut vraiment. 

Et dans le cas d’une personne décédée, demandes-toi ce que la personne aimerait au plus profond d’elle-même. Admettons que ton grand-père était un grand collectionneur de voitures miniatures, et qu’il a décidé de te faire hériter de sa passion. Sauf que toi ça ne t’intéresse pas du tout. Tu pourras alors avoir de la culpabilité forte à l’idée de te séparer de sa collection. Et je te comprends. 

Maintenant réfléchis sérieusement à la question. Il s’est occupé de ces voitures toute sa vie, et là elles vont prendre la poussière dans ta maison. Autant les donner à une personne aussi passionné que lui, qui en prendra soin, tu ne penses pas ? 

Pour les vêtements tu peux appliquer le même principe. Si une personne proche décédée t’a donné des vêtements, tu peux également les donner à une personne qui saura les apprécier à sa juste valeur. C’est un moyen d’honorer la personne en quelque sorte. 

À présent, apprenons comment faire pour réduire le tas « J’hésite encore » s’il te reste des vêtements à l’intérieur.

 

L’étape ultime pour réduire le tas « J’hésite encore », et ainsi désencombrer son dressing à la perfection

Normalement tu as ton tas « J’hésite encore » qui doit avoir bien diminué. Soit les vêtements sont partis dans le tas « Je jette », soit tu t’es rendu compte que certains étaient vraiment importants pour toi et ils sont à présent dans le tas « Je garde ». 

Il te reste potentiellement encore quelques vêtements. Pour ceux-là, tu vas les garder et choisir entre deux options. 

 

  • La première, celle que je te conseille, c’est de tous les mettre dans un carton que tu mettras dans un lieu difficile d’accès (comme le grenier).

Ainsi, tu vas pouvoir te rendre facilement compte si tu manques de vêtements ou non.

Si au bout d’un an tu n’as pas eu besoin de sortir le carton pour en prendre un, tu vas pouvoir le donner sans problème. 

Ceux que tu gardais par culpabilité et par peur de regretter par la suite vont pouvoir être donnés. Si tu n’as pas eu de culpabilité à l’idée de mettre des cartons dans un grenier pendant un an, tu en auras encore moins à les donner.

Ils vont alors pouvoir être réutilisés par d’autres et tu vas pouvoir leur offrir une seconde vie. 

 

  • Et la deuxième c’est de mettre les vêtements parmi les tiens.

Je m’explique.

Tu vas vouloir mettre les vêtements du tas « j’hésite encore » sur des cintres. Mais contrairement à tes vêtements du tas « je garde », tu vas disposer le cintre dans le sens inverse, de sorte à repérer instantanément ceux dont tu te sers, et ceux dont tu ne te sers pas. Si au bout de 3 à 6 mois tu ne les as pas utilisé, tu peux t’en séparer. 

Vêtement sur des cintres

On arrive alors maintenant à la fin, la dernière étape ! 

 

Que faire des vêtements après avoir désencombré son dressing ?

« Trop d’objets, c’est du bruit dans la vie. »

Pour ceux qui ont lu le livre La magie du rangement, Marie Kondo parle souvent de « jeter » et ça lui est beaucoup reproché. En réalité, je ne pense pas qu’elle conseille de jeter, mais plutôt de s’en séparer. Et nous allons voir les différentes manières de se séparer de ces vêtements.

Pour le cas du tas « je garde », tu vas pouvoir ranger tes vêtements comme avant. Normalement, tu vas avoir pas mal d’espace de libre !

Pour le cas du tas « J’hésite encore », tu as dû déjà réfléchir à ce que tu faisais. 

Et maintenant, pour le cas du tas « Je jette », tu as trois options :

  • donner,
  • vendre,
  • recycler.

 

Donner ces vêtements après avoir fait le tri

Si tu n’as pas envie de t’embêter avec le fait de vendre des vêtements, tu peux très bien les donner.

Ce sera beaucoup plus rapide, et au moins tu pourras tout faire dans la même journée. De plus, ça fera plaisir aux personnes qui auront la chance d’avoir tes vêtements.

Tu peux ainsi les donner à des ressourceries, des Emmaüs, des associations ou directement à des personnes dans le besoin. Si tu as des connaissances à la recherche de vêtements, tu peux également leur proposer.

 

Vendre ces vêtements suite au désencombrement de son dressing

Tu peux également, si tu veux te faire un peu d’argent supplémentaire, les vendre. Pour ce faire, tu peux utiliser des applications comme VInted, les mettre sur des sites comme leboncoin, poster des annonces sur les réseaux ou bien faire des brocantes.

Pour qu’ils partent vite, je te conseille de faire des prix assez bas. De cette manière, tu seras débarrassé à tout jamais de ce point mental et physique. 

 

Recycler les vêtements 

Si tes vêtements sont trop abîmé pour être vendus ou donnés, tu peux les transformer en chiffons, serviettes, faire des tawashis ou bien les recycler en bout de tissu. Je te conseille d’éviter de donner aux bornes de récupération Le Relais, qui sont détenues par un organisme privé qui revend une partie des vêtements ailleurs (principalement en Afrique) en détruisant le commerce local. Après, si c’est ta seule option, c’est toujours mieux que de les jeter à la poubelle, on est d’accord.

 

Désencombrer son dressing : le récapitulatif 

“Avec trop on se perd. Avec moins on se trouve.” Tchouang Tseu

Récapitulons alors les 4 étapes pour désencombrer son dressing :

  1. Regrouper tous les vêtements de la maison au même endroit
  2. Déterminer, en se posant les bonnes questions, si l’on doit jeter ou garder les vêtements et les disposer dans le tas « Je jette » ou « Je garde ».
  3. Réduire son tas « J’hésite encore »
  4. Valoriser les vêtements que tu décides de te séparer.

Je te félicite d’avoir pris la décision de désencombrer ton dressing. Ce n’est pas évident pour tous, et tu verras les bienfaits dans ta vie très vite arriver. Parmi eux, un gain de temps, un esprit plus libre ainsi qu’une joie anormalement élevée. 

Si tu as toujours des vêtements que tu n’arrives pas à te débarrasser, ce n’est pas grave. Tu n’as pas à te blâmer pour ça, tu y arriveras un jour.

Pour finir, j’aimerais conclure sur le fait que désencombrer son dressing, c’est top, mais le garder désencombré c’est encore mieux. Et pour y arriver, je te conseille l’article les 5 techniques pour avoir une garde-robe minimaliste durable toute l’année. Tu apprendras des techniques qui vont te permettre de garder ta garde-robe désencombrée jour après jour.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *